aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Le seul journal qui pue déjà avant qu'on emballe le poisson avec


Le masque et la plume

Je ne sais pas si vous êtes au courant des considérables polémiques qui agitent le Monde des Belles Lettres. Non ? C'est pas vrai, on dirait que vous vous en foutez.

Bon, alors le dernier scandale à la mode, on le découvre dans Libération. Tandis qu'on massacre les Palestiniens à Gaza, qu'on décapite au couteau les chrétiens d'Irak et que le régime fasciste de Kiev envoie des mecenaires liquider les russophone d'Ukraine, nos beaux esprits ont pris leur plus belle plume pour dénoncer une ignominie sans nom qui, sans eux, serait restée tristement oubliée : figurez-vous que tous les ans, à Blois, se déroule "les rendez-vous de l'histoire", une manifestation créée par Jack Lang il y a une quinzaine d'années, rassemblant des historiens et des passionnés autour de débats, films et autres. On sent bien que ça réunit plus volontiers d'aimables sexagénaires tétratomocapillariste que des activistes révolutionnaires. Bon, ben figurez-vous que dans Libération, on lit avec surprise un >> appel à boycotter << le festival. Poukwa ? Eh bien parce que cette année, il va y avoir, tenez-vous bien, Marcel Gauchet.

Eh ?


Lui, là

Mais si, marcel Gauchet, le nazi révisionniste pédophile, ancien Waffen-SS, gardien de camp de la mort, surnommé "le boucher de Treblinka". Enfin, non, pas nazi, fasciste. Pas tout à fait fasciste en fait, c'est plutôt d'extrême-droite. De droite, disons. En tout cas, il n'est pas de gauche. Wah, un intellectuel qui n'est PAS DE GAUCHE ! WTF ! BOYCOTT ! Apparemment, il émet des réserves savantes sur le mariage homo, la GPA, la théorie du genre, ces choses là. Autant dire que c'est le ventre immonde de la bête la plus sombre qui nous renvoie aux heures encore fécondes.

Au fait, c'est qui qui appelle au boycott ?

Dominque A., chanteur, Laurent Binet, écrivain, Sylvie Blocher, artiste, Ronan de Calan, philosophe, Philippe Calvario, comédien et metteur en scène, Robin Campillo, cinéaste, Jil Caplan, chanteuse, Arnaud Cathrine, écrivain, Jean Baptiste Del Amo, écrivain, Chloé Delaume, écrivaine, Didier Eribon, philosophe, Thomas Hirschhorn, artiste, Leila Kilani, réalisatrice, Lola Lafon, écrivaine, Sebastien Lifshitz, réalisateur, Florent Marchet, artiste, Philippe Marlière, politiste, Marie Nimier, écrivaine, Véronique Ovaldé, écrivaine, Bruno Perreau, politiste, Beatriz Preciado, philosophe, Todd Shepard, historien, Abdellah Taia, écrivain et réalisateur, André Téchiné, cinéaste, Edmund White, écrivain.

Tiens, il y a un historien ! Sinon, nous avons des artistes, des écrivains, des chanteurs, des philosophes, un politiste (?), des réalisateurs, dont André Téchiné, dont on se demande de quoi il se mêle. Tout un tas d'obscurs intellectuels bien franchouille, dont la pensée n'illumine pas beaucoup plus loin que le boulevard Saint Germain. Tous ces gens nous disent qu'ils ne veulent pas "reconnaître les discours que Marcel Gauchet et les cénacles qui tournent autour de lui relaient comme des discours acceptables et sujets à l’on ne sait quel débat". Donc, il y aurait des discours acceptables, et des discours inacceptables. Une logique bien puante, vous en conviendrez, qui consiste à dire que oui, en France, on peut débattre, à condition que tout le monde soit d'accord. Je pensais naïvement que depuis les procès de Moscou, on avait un peu dépassé le stalinisme, mais de toute évidence, il faut refaire des piqures de rappel.

Cette excrétion intellectuelle aura au moins le mérite de me faire connaître Marcel Gauchet, qui est sans doute une pensée à découvrir, tant la haine des médiocres distingue l'homme de bien.


Toujours dans Libération, on lit >> un émouvant plaidoyer << pour la censure du web et l'hadopisation à outrance, sous la plume de quelques rentiers de la culture soucieux de voir qu'un obscur film indonésien va faire moins de 100 000 entrées à Paris. C'est la faute au téléchargement illégal, et pas du tout au fait que les gens ne sont plus disposés à attendre six mois qu'un connard de distributeur ait une "fenêtre de tir" pour sortir son film en salle. Ça n'a sans doute rien à voir non plus avec le nombre toujours plus élevé de sorties ciné, qui Du reste, on peut se demander pour quelle raison certains films sortent en salle, vu la modeste audience potentielle, mais bon, tant qu'on trait l'usine à subvention...


Et puis, Libération, c'est surtout le quotidien de la gauche, celui des luttes sociales, des travailleurs, des conquêtes contre le grand patronat qui nous spolie le chinois. C'est pourquoi Libé nous évoque, pour la première fois depuis longtemps, le problème de la précarité des travailleurs précaires touchés par la précarité, les pauvres... ah non pardon, >> c'est des intermittents qu'il est question << ! Ouf, j'ai cru un instant qu'on allait évoquer la condition des pue-la-sueur de l'industrie, des cégétistes de la route, des caissières à deux heures par jour, bref, des vrais travailleurs.

Vivement que ce torchon à vocation poissonnière ferme ses portes.
Tags: bfg-9000
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 7 comments