aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Tradition

Chez moi, la photographie est une tradition familiale assez ancienne. La noble lignée des Explorer peut se vanter d'avoir vissé des objectifs, appuyé sur des déclencheurs et maudit des badauds passant dans le champ depuis un bout de temps. Depuis 1826 pour être précis.


Non, le 8 n'est pas une coquille

C'est en effet cette année là que mon glorieux aïeul Nicéphore Niépce, prit le plus ancien cliché connu, la vue du Gras depuis la fenêtre (pour ma part, je n'ai même pas besoin de regarder la fenêtre pour photograhier mon gras, c'est beau la technique).

C'est que, pour ceux qui l'ignoreraient, la photographie est née en France. Si Niépce fut le premier à obtenir une image fixée, son comparse Daguerre fut le premier à commercialiser un procédé pratique de prise de vue.


C'est tout naturellement en France que l'art photographique prit d'abord son essor, les précurseurs étant autant bricoleurs qu'artistes. La France est tout naturellement leur sujet de prédilection, avec ici le Paris de "la zone" vu par Atget.


Le temps des bricoleurs ne durera pas car, dans la France du XIXe siècle, on ne manquait pas d'entrepreneurs prêts à se lancer dans les nouvelles technologies. Le lyonnais Antoine Lumière, le père des fameux frères, montera ainsi une florissante usine de films et de produits chimiques pour la photographie.


Usine célèbre pour avoir été l'objet
du premier Vine de l'histoire.

Nombre de sociétés vont se monter, vendant qui des appareils, qui des chimies, qui des accessoires, aucune cependant n'atteindra la taille critique pour s'exporter durablement à l'international, et l'industrie entière périclitera dans les années 70, coincée entre la force commerciale de Kodak, l'excellence technique de Leica et les prix alors imbattables des constructeurs nippons.

Toutefois, la France conserve un rôle de premier plan dans l'univers de la photographie artistique, avec des infrastructures muséales importantes, des expositions à foison, de nombreuses galeries, moult revues et un grand nombre d'artistes et de collectionneurs.

Ce qui m'étonne dans toute cette histoire, c'est que personne en bientôt deux siècle n'ai pris cinq minutes pour donner un nom à ce bordel, là :


Oui, c'est un appareil photo. Mais justement, c'est pas un nom. C'est ce que ça fait. On ne parle pas d'appareil roule-vite ou d'animal meuh-meuh, on a des mots pour ça. Ça fait deux siècles qu'on tripote ces machins, nous autres Français, et on n'a jamais été fichus de trouver un nom pour un chosemuche qu'on a quand même inventé !

S'il y a des languistes parmi nous qui peuvent m'expliquer sur ce mystère, mais moi, ça me perfore. En attendant, et pour pallier à l'imprévoyance de mes ancêtres, je propose qu'on appelle ça un gouistre.
Tags: énorme focale
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 10 comments