aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

4° concerto Brandebourgeois champêtre en mi dièse mineur

Hier encore, c'était soirée métal. Après une journée de merde sous le signe jaune de la RATP, j'espérais me détendre un peu avec un sympathique concert de métal. En outre, ceci se déroulait dans une salle mythique que je n'avais pas eu l'honneur de fréquenter jusque là, l'Olympia-Bruno-Coquatrix.


Fais un jet d'initiative


Je ne suis pas un de ces fanatiques qui font la queue toute la journée pour être devant, mais je pensais quand même qu'arriver vingt bonnes minutes avant l'heure me permettrait de faire un petit tour au bar avant le début des hostilités. Quel ne fut pas mon dépit de voir qu'il n'en serait rien, la queue s'étendait sur bien 400m. J'ai dû la prendre, sans rire, à hauteur de l'entrée latérale de l'Opéra.


La grosse queue d'Asp Explorer

Bref, quand j'entre enfin dans l'Olympia, la première partie était déjà bien entamée, et la salle bien pleine. Je me déplace dans le fond afin de trouver un endroit où on puisse voir quelque chose, je shoote dans une connasse qui avait trouvé très intelligent de s'asseoir par terre, je me trouve quand même un spot dans l'axe, sous le large balcon, et je constate à mon grand dépit que le volume sonore du lieu est scandaleusement indigent, on n'entend quasiment rien. Oh, c'est du métal, c'est pas Gilbert Bécaud ! Pour être précis, il s'agissait de Dragonforce.


La lutte infernale du bien contre le mal

Je n'étais donc guère dans l'humeur de goûter à sa juste mesure la performance du combo, qui fit néanmoins une très honnête performance, hormis à la fin quand des ratés dans la sono nous donnèrent, par instant, le volume sonore que l'on est en droit d'attendre de ce genre de manifestation. En outre, ce couillon d'Herman Li a l'habitude de faire l'andouille avec >> sa guitare << en se la tapant sur la cuisse entre deux solos, à un moment il a réussi à la péter, il a dû en changer en catastrophe. Quelle nouille.

Je profite de l'entracte, et du fait que ma vessie tient le coup, pour me rapprocher un peu avant la pièce principale : Epica !


Tchu !

En régie, ils ont enlevé les moufles et monté un peu le son. C'est toujours inférieur à ce que j'ai pu entendre chez des formations de hardcore-kill-sod-metal comme Sting (oui, Sting-de-Police), mais on entend vaguement qu'il est question de musique. C'est encore trop fort, semble-t-il, pour les deux boutonneux devant moi qui ont sorti les bouchons d'oreille, misère... Bref, Simone et ses petits camarades nous sortent un show très pro devant un ample public tout dévoué à leur cause, le son est propre, les lumières sont splendides, la chanteuse fait des efforts au niveau de la chorégraphie, et le groupe a l'air de bien s'amuser, contrairement à moi qui me retrouve coincé derrière un connard huileux et velu qui ne baissera quasiment pas le bras de la soirée.

A la sortie, je prends quand même quelques goodies, dont un T-shirt que le vendeur me glisse dans un sac. Arrivé au métro, je comprends pourquoi il a insisté pour me le mettre dans un sac : ce n'est pas celui que j'avais demandé, le fils de pute.

Bref, une journée bien concentrée sur la thématique merdique.
Tags: je suis pas plus con que kirk hammett
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 5 comments