aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Où est donc passé le 'J' ?

Il n'y a plus grand chose qui arrive à m'étonner dans la vie politique Française. Par exemple, ce qui vient de se passer en marge du traditionnel dîner du CRIF, c'était assez prévisible. Petit rappel des faits.


Notre héros

Donc, depuis pas mal de temps, le Conseil Supérieur des Institutions Juives de France (CRIF, le J est tombé quelque part) organise annuellement son dîner au cours duquel sont invités les personnalités du monde de la politique, des media, bref, "les gens qui comptent". Ces fameux "gens qui comptent", de droite ou de gauche, ont pris le parti, depuis les années 50, de soutenir les Juifs de France pour des raisons parfaitement honorables tenant principalement à leur sentiment de culpabilité dans certaines tribulations des années 40 (c'est une longue histoire). Ils soutiennent aussi, par extension, l'état d'Israël dans tout ce qu'il fait, par servilité envers Washington. C'en était d'ailleurs récemment arrivé à des degrés grotesques, comme en témoigne la profession de foi "éternellement liée à Israël" de notre premier ministre, la chasse au M'bala sauvage de l'an dernier, etc... Il suffisait que monsieur Cukierman fronce un sourcil pour que tel ou tel supposé antisémite se retrouve tricard à tout jamais, selon le principe qu'avant, un antisémite, c'était quelqu'un qui n'aimait pas les Juifs, alors que maintenant, un antisémite, c'est quelqu'un que les juifs n'aiment pas. Donc, tous les ans, monsieur Cukierman était tout fier de célébrer sa grand-messe, de compter ses amis, de recevoir les allégeances.


Et paf ! Le chien.

Or cette année, il y a eu un événement important : les attentats du 7 janvier. Depuis cette date, le PS a découvert avec effarement un fait jusque là insoupçonnable : les Juifs et les Arabes, eh ben, ils s'aiment pas beaucoup en fait. Bon, alors avec ça on fait quoi ? Notre ami Cukierman, qui est malin, commence à se poser des questions. Il décide donc d'employer une vieille ruse apprise de Jean-Marie Le Pen : sonder le terrain par la provocation. Il lance un propos "scandaleux", émettant l'avis, en ce qui concerne l'antisémitisme, que "toutes les violences, et il faut dire les choses, sont commises par des jeunes musulmans". Bon, objectivement, il a raison, mais en France, on n'a pas le droit de le dire. Et là, aussitôt, notre Cuky se prend une volée de bois vert de la part de toute la classe politique, plus de toute la presse, traitement dont il n'a certes pas l'habitude.


C'est qui qui s'en prend plein le cul ? C'est Cuki

Oui, parce qu'on dit que la presse est sous influence juive. Erreur, la presse soutenait les juifs tant que ça faisait les affaires de la classe dirigeante. C'était sans doute ce point que notre héros souhaitait vérifier.

Du coup, il a été sommé d'aller s'expliquer à l’Élysée (d'ordinaire, c'était plutôt lui qui convoquait les Présidents quand il n'était pas content) puis de serrer la louche à l'imam du coin en signant un communiqué pitaud et pâteux sur le fait qu'on l'avait mal compris. Donc, ouf, le vivrensemble est sauvé, juifs, musulmans, nous sommes tous sur le même bateau.

Sauf que pour les Juifs de France, ce bateau s'appellera bientôt Exodus.

La triste vérité, c'est que le parti des "gens qui comptent" a compris que des Juifs, en France, il y en avait 600 000, et des musulmans, six millions. Et ils votent de plus en plus. Et ce vote est de moins en moins conciliables avec un soutien indéfectible à Israël. Alors il y a gros à parier que dans les années à venir, l'indéfectible lien de Valls et d'autres avec Israël va se teinter de nuances, puis de critiques, puis de rejet vibrant d'indignation. On ne verra plus notre Premier Ministre, kippa sur la tête, entonner un Chema larmoyant à la syna du coin.


Est-ce que j'en fais pas quand même un peu trop ?

Eh, ça n'a rien d'étonnant, c'est un atavisme. Après tout, les socialistes, les radicaux, les droitemodéristes des années 20, qui hululaient aux droits de l'homme pour soutenir Dreyfus et les siens, furent les premiers à voter les pleins pouvoirs à Pétain et le statut des juifs en 40. Pourquoi leurs descendants, familiaux et intellectuels, se comporteraient-ils d'une autre manière ? Traîtres un jour, traîtres toujours.


Je ne vois pas ce que la photo de ce député
socialiste de Saint-Denis dans les années 1910
vient faire ici mais bon, elle traînait...

Voilà, donc profitez bien de vos amis feujs, ils seront bientôt barrés. Ils sont pas cons, ils sentent d'où vient le vent et ils se tirent, ils ont un instinct pour ça. Ceux qui n'avaient pas cet instinct ont fini dans les douches à Auschwitz.

C'est ce que Darwin appelait l'évolution par la sélection naturelle des caractères favorables à la survie.








What's in the boooooox ?
Tags: opinion
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 3 comments