aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

La démocratie c'est bien (il faudrait qu'on essaie un jour)

>> Dans cette interview <<, le chronobiologiste François Testu nous explique que les rythmes scolaires n'ont pas l'heur de lui plaire. Objet de la polémique : le redécoupage des zones pour étaler l'accès des bambins aux pistes de ski durant les vacances d'hiver, trop tardives au goût des stations. Et donc, voici que notre Jaurès des rythmes scolaires s'indigne de ce que le troisième trimestre est trop long, patati-patata, le rythme idéal machin-bidule.

Mais ce qui est le plus étonnant, c'est que le bougre nous explique benoîtement : " J’ai mis presque 40 ans avant d’arriver à ce qu’on ait une journée de classe d’une durée raisonnable. J’ai lutté quasiment pendant dix ans pour faire disparaître cette horrible semaine de quatre jours. "

Ouais. Carrément. En fait apparemment, c'est CE TYPE et personne d'autre qui a décidé des rythmes scolaires actuels. Si les vacances d'été raccourcissent d'année en année, c'est parce que ce monsieur en a décidé ainsi. Si on ouvre les écoles le mercredi, c'est parce qu'il a trouvé que c'était une bonne idée. Le fait que ça coûte des milliards, que ça emmerde les parentes, les profs et les élèves n'entre pas en ligne de compte, vu que ça permet de se caler sur le rythme biologique de l'enfant. En effet, il est bien connu que si un bambin travaille plus de six heures par jour, il explose pour ne laisser qu'une flaque sanguinolente. Ils s'endorment en cours parce qu'ils ont dépassé leur quota d'attention quotidien ? Pauv'choupinettes, s'ils ratent le cours sur Ronsard et la Pléiade, ça les condamne assurément à une vie de servitude dans quelque mine de sel.

Il est peut-être temps de faire l'audit de cette étrange croyance comme quoi la société toute entière aurait pour unique but de subvenir aux besoins des enfants. Les mouflets ne sont pas exclus de la société, ils en font partie, ni plus ni moins que les autres. Que des intérêts économiques puissent ponctuellement primer sur la sainte circadienneté du lardon ne me semble pas un scandale. Après tout, les moniteurs de ski eux aussi ont des enfants à nourrir.

Et du reste, c'est quoi la chronobiologie, une science exacte ? Ou alors est-ce l'une de ces sciences qui, après de patientes études, finit toujours par obligeamment donner les résultats propres à conforter la thèse a-priori de l'auteur ? Déjà, "les enfants", c'est vague. L'assertion selon laquelle tous les gamins obéissent aux mêmes rythmes optimaux me semble hardie.

Bref, d'aucuns m'objecteront que je n'ai pas de gosse, que je ne suis pas prof et que ça ne me concerne en rien (hormis le fait que mes collègues se barrent pour récupérer leurs morveux à des heures scandaleuses, me laissant seul avec le boulot). Mais mon propos est plus général. Quand on observe attentivement l'avalanche législative actuelle, on s'aperçoit que, loin des "lobbies puissants de ci de ça", ce sont souvent de petits groupes d'individus qui décident de nos vies futures, parfois même, des individus isolés. Ce monsieur Testu, dont vous n'avez jamais entendu parler et qui n'a été élu par personne, a décidé un jour que le combat de sa vie, ce serait les rythmes scolaires. Il a travaillé avec acharnement à labourer son petit champ du spectre politique, à contacter des ministres, des députés, des sénateurs, des journalistes, et comme tous ces gens sont menacés de désœuvrement, il a été écouté, et suivi. Parce qu'il a l'air de savoir de quoi il parle. Parce que sans doute, il cite des zétudes zaméricaines avec plein de chiffres et de tableaux. Je suppose qu'il écrit bien et parle pas trop mal. Et il est probable qu'il soit lui-même convaincu d'être le messie, dans son bon droit, "pour les enfants", ce qui justifie de glisser sous le tapis toute autre considération que "l'intérêt de l'enfant".

Un type motivé et tenace est capable de décider pour des millions d'autres de ce qui est bon pour eux. Un type a sans doute décidé que le bisphénol-A était dangereux. Un type a sans doute décidé qu'il fallait construire des tramways au lieu de métros parce que ça faisait chier les automobilistes. Un type a sans doute décidé de rendre obligatoire le port du bonnet de bain dans les piscines parce que pourquoi pas. Un type a dû faire le combat de sa vie de l'interdiction des feux de cheminée, et il y réussira sans doute un jour prochain.

Il paraît que c'est ça la démocratie. Mais même Hitler devait composer avec les calendriers des divers länder de son empire et les horaires des usines avant de décréter les horaires des écoles (je doute du reste qu'il s'y soit amusé). Pourquoi ? Parce que, comme tous les hommes d'état, dictateurs ou non, il avait une vision d'ensemble de la société, et savait que régler un rouage d'une certaine manière pouvait dérégler les autres rouages. Alors il faisait des compromis, Adolf, pour que l'un dans l'autre, ça fonctionne à peu près. C'est pour ça qu'on paye un chef d'état : pour avoir une vision d'ensemble, pas pour complaire aux lubies d'un agité du ciboulot isolé dans son île qui hulule pendant 40 ans aux passants que le monde va s'écrouler parce que les grandes vacances sont trop longues.
Tags: bfg-9000
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 23 comments