?

Log in

No account? Create an account
 
 
20 April 2015 @ 09:03 am
Twilight of the gods  
Avec un peu de retard, voici le récit de mes aventures de la semaine dernière au Bataclan. Voici l'histoire : ayant acheté RockHard comme tous les mois, et religieusement écouté le sampler, j'avais constaté que le titre "Twilight of the gods" me restait obstinément dans la tête, et décidais de m'intéresser un peu plus à Blind Guardian. Il s'agit d'un groupe de power metal Allemand datant des années 80, faisant la part belle aux thématiques de dragons, de Cthulhu et autres aventures rôlesques. Ah, si seulement ils pouvaient venir en France, je serai ravi de...

Oh, ils passent au Bitaclan !

Bref, me voici donc arrivé, constatant avec une certaine surprise qu'après une trentaine d'années d'existence, Blind Guardian avait réussi à susciter l'intérêt de quelques fans en France, la queue s'étirait en effet jusque bien loin dans la rua Oberkampf.


Et on était encore loin de l'heure du concert

Arrivé dans la salle, je constate qu'il est peu probable que j'arrive à me faufiler jusqu'à une distance raisonnable de la scène, je me dirige donc vers les gradins, un peu délaissés, d'autant que comme je suis crevé, la perspective d'un bon siège n'est pas déplaisante.

C'est alors qu'arrive le groupe de première partie, Orphaned Land. La calligraphie du logo nous laisse entrevoir une influence orientale... Les gars arrivent, des métalleux normaux, cheveux longs, barbus... et puis le chanteur se pointe sur scène en burnous, enlève ses babouches et lance son set !


Sur la vie d'ma mère !

Le fait est que le mélange de métal et de musique orientale n'est pas absurde, les harmonies singulières des deux genres se complétant, comme j'avais déjà pu l'expérimenter avec >> Acyl << en janvier. Un cocktail bien enlevé par cette formation israélo-palestinenne qui occupa agréablement le territoire de la scène, notamment par la présence, sur deux titres, d'une danseuse orientale tout à fait charmante.


Pourquoi pas

Bref, on s'éloigne un peu de l'esprit bière/headbanging cher au baron Pierre de Coubertin, mais encore une fois, c'est plutôt bienvenu.

Puis, après l'entracte traditionnel, arrive Blind Guardian. Alors certes, c'est du power metal, donc un genre épique, mais il est vain d'attendre des bardes une débauche de cuirs cloutés, de casques cornus, de bottes à plumes et de maquillages à la Kiss. On peut même dire qu'on est dans le franchement sobre, avec des chemises sombres, des pantalons noirs et des baskets ; il m'est arrivé d'aller au bureau dans des tenues plus extravagantes que ça. Néanmoins, le charisme du chanteur Hansi Kürsch s'installe dès le début du concert, on sent qu'il a un peu l'habitude (trente ans, donc...) On peut même dire que c'est un bavard, le Hansi, mais ça reste dans les limites du raisonnable.


Un Bataplouf bien bourré

Le son est très correct, et les titres s'enchaînent devant un public acquis à la cause germanique. Notez que, en raison de leur riche histoire, les BG ont une grande variété de styles musicaux, en particulier, ils font aussi de l'acoustique. Puis le concert s'achève, un peu brièvement, provoquant la bronca de la foule. Quoi, c'est tout ? Scandale ! Le public manifeste bruyamment son désaccord. Ouf, ils reviennent faire un rappel !

Puis un autre...

Puis un autre...

Putain, HUIT TITRES ! C'est plus un concert, c'est l'escalade du K2.


Fröht !

Pour les courageux, j'ai enregistré "Twilight of the gods", dont il manque la moitié et dont la qualité audio est remarquablement mauvaise, mais au moins ça donne une idée de l'ambiance.


Bref, tout le monde sortit content et rassasié.
 
 
 

Posts from This Journal by “je suis pas plus con que kirk hammett” Tag