?

Log in

No account? Create an account
 
 
20 May 2015 @ 07:19 am
Corna lundidicale  
Et nous voici de retour au Divan du Monde pour un troisième putain de concert en deux mois. Aujourd'hui, un poids lourd du thrash metal 80's Bay Area, à savoir, non, pas Metallica, vous imaginez bien que Metallica ne va pas tourner au Divan du Monde. Mais c'est bien Exodus qui fait le déplacement. Exodus, c'est le loser du thrash metal, celui qui est resté au pied du podium des "quatre grands", occupé par Slayer, Anthrax, Megadeth et les quartette Ulrich. Le train du thrash est parti en 1983, avec la sortie de Kill'em all, Show no mercy, Anthrax a dégainé l'année suivante... Exodus a sorti "Bonded by blood" en 85, c'était trop tard. Ils se sont fait piquer leur guitariste solo (un dénommé Kirk Hammett, on ne sait pas ce qu'il est devenu depuis), ils ont changé 36 fois de line-up... Dernier avatar en date, Gary Holt, le seul élément stable du groupe (enfin, au début, il était roadie...) s'est vu offrir une place qu'on ne refuse pas et, s'il reste aux manettes en studio, il ne fait plus toutes les dates.

Bref, Exodus, c'est des losers magnifiques, ils sont un peu au métal ce que Anvil est au... métal aussi... bref. Ils ont des fans, et ils sont hardcore.

Mais avant ça : tchi-tchi ! En effet, avant la première partie assurée par Voight Kampff, il y a une pré-première partie avec Arcania.


Arcania

Il s'agit d'un sympathique groupe d'Angers qui pratique depuis pas mal d'années maintenant un thrash moderne de bonne facture, qui n'a pas de mal à peupler l'espace sonore du Divan. Le public, hélas, est aussi mou que clairsemé, et à l'exception d'une maladroite tentative de slam, peu de répons.


Voight Kampff

Là encore, des Français, qui m'ont semblé un peu moins à l'aise avec la scène, mais néanmoins à un niveau technique tout à fait correct (parfaitement audibles, même malgré les problèmes de retour du batteur). VK présente une belle variété mélodique, des rythmiques inventives et des solos enlevés qui ne manquent pas de charme. Pas assez, cependant, pour séduire le public de hardcore fans, qui est décidément bien mollasson.


Exodus

Puis vient le plat de résistance. C'est Steve Souza qui a récemment repris le micro (qu'il avait déjà tenu deux fois par le passé) et nous présente son nouveau guitariste dont le nom m'échappe, qui s'occupe de combler le trou laissé par Gary Holt, lequel est actuellement retenu dans "son autre groupe" (et qui pour la petite histoire, déteste souverainement Souza). L'autre groupe, c'est bien sûr Slayer dont il assure la guitare aux côtés de Kerry King (suite aux problèmes de santé de Jeff Hanneman, qui souffre d'une décédification du myocarde avec inhumation chronique).

Le but de la manœuvre étant de soutenir le dernier opus du groupe "Blood in blood out", et après un petit "Black 13", c'est par le titre éponyme de l'album que débute le set, dans un Divan enfin réveillé et bien plein. C'est le début d'un joyeux bordel, avec des slammers de tous âges, de tous sexes, des mamies, des gamins, des circle pits, et à la fin, Souza nous organise un petit wall of death assez sympathique (voir vidéo). Comme c'est la première date de la tournée, nous avons même droit à un inédit, "Body Harvest". Les gars exécutent aussi "Salt the wound", le fameux morceau sur lequel Kirk a enregistré un solo (mais là bizarrement, il n'était pas là). Bien sûr, le morceau de choix, c'est leurs vieux tubes Bonded by blood et Strike of the beast, qui conclut le set. Et non, les gars d'Exodus ne sont pas du genre à faire des rappels à la con, mais on est rassasiés de métal alors on sort, voilà.


Encore un coup d'Arcania


Une ambiance propice au recueillement et à la méditation
 
 
 
Wladoushkoïwl4d on May 20th, 2015 06:36 am (UTC)
Concernant Jeff, c'est le foie qui a lâché en premier, pas le cœur ;).
Wladoushkoïwl4d on May 20th, 2015 08:02 am (UTC)
Au passage, vu que tu aimes le thrash, je te conseille cette petite pépite que j'ai ressortie de ma cédéthèque ce matin : Back to the noose, de Swashbuckle. C'est un album de thrash humoristique sur le thème des pirates, joué à fond de train par des bourrins alcoolisés au dernier degré.