aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Isolement extrême

" ... par le pouvoir, du crâne ancestral Jean-Pigeon.
- Merci Jean-Canard Puiné, pour ce reportage de Jean-Canard Puiné, Jean-Canard Puiné. Et maintenant, c'est une bien étrange aventure que nous allons vous raconter, l'histoire d'un destin hors du commun, l'histoire d'Aboubakar Abebiki.
- Eh oui Jean-Pigeon, c'est ici, au cœur de la jongle la plus sauvage de l'Afrique, au sud de l'Amazonie, sur l'île de Bornéo, qu'une hardie colonne de farouches explorateurs a progressé pas moins de trois mois, en pleine mousson, pour cartographier pour la première fois les sources de l'Indre. Et c'est là, au plus obscur du pays Papampoulé, ce qui signifie en Swahili "ne va pas par là ça craint", que le professeur John-Leather Boldoduck tomba sur un sauvage ébahi répondant, en dialecte Michmachmuch, au nom d'Aboubakar Abebiki. Après bien des palabres et des recoupements, ils parvinrent à reconstituer l'histoire fantastique d'Aboubakar ! Il n'avait que trois ans quand sa tribu, les Xhoxho, fut chassée par la guerre tribale au nord du fleuve Bambarapapa, dans les marécages infestés de moustiques. Après trois années, la majeure partie de la tribu avai- péri de dysenterie et de malaria, voici pourquoi la famille d'Aboubakar avait décidé de quitter la région pour vivre en lisière du désert. Toutefois, après encore deux années, son père se trouva en délicatesse avec ses deux oncles, et fut obligé de partir, avec Aboubakar et sa mère, vivre seuls dans la forêt. La petite sœur d'Aboubakar fut mangée par un pécari, sa mère se pendit à un baobab, et son père s'étouffa sur une épluchure de manioc, aussi Aboubakar, effrayé, se retrouva seul au monde à pas même vingt ans. Et c'est ainsi qu'il vécut, totalement ignorant du monde. A chaque fois qu'il voyait un homme, ou une trace de présence humaine, il fuyait au loin, farouche, se croyant encore persécuté par ses oncles. Il ne trouva de réconfort que dans la compagnie de ses poules apprivoisées, vivant de racines, d'insectes et de tout ce que la nature peut offrir avec prodigalité à ceux qui savent en tirer parti. Et ceci dura, tenez-vous bien, plus de quarante ans ! Oui, quarante ans loin des hommes, loin de la civilisation, dans la plus totale solitude, sans aucune nouvelle du monde extérieur. Aboubakar ignorait que l'homme avait marché sur la lune, il n'avait jamais entendu parler de la seconde guerre mondiale, il ne savait bien sûr pas même de quel pays il pouvait être citoyen, et n'avait aucune notion de ce qu'était une ville, une automobile ou une ampoule électrique. Et maintenant, regardez ces images, regardez bien, c'est la tête qu'a fait Aboubakar lorsqu'on lui a lu le journal d'hier. Car oui, vous avez compris, Aboubakar Abebiki est sans doute le seul humain sur terre à avoir été surpris du scandale de corruption à la FIFA !
- Incroyable, quel destin fantastique tout de même. Merci, Jean-Pedalboard, pour cette histoire extraordinaire. Et maintenant la bourse, avec Jean-Cristina Cordouiller.
- Oui Jean-Pigeon, la bourse qui revient très fort cet été, portée à la pirate avec un tailleur Koutchi coordonné et des bottines accessoirisées de chez Drisse Van Houten, où ici comme au défilé Fendi, avec des sandales et une robe longue à imprimés transparents. "
Tags: textes divers
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 10 comments