?

Log in

No account? Create an account
 
 
06 November 2015 @ 08:55 am
Post antisocial  
Pour célébrer tous ensemble la prochaine CPBT (Conférence sur la Pluie et le Beau Temps) qui se tiendra tantôt dans la zone tribale de Seine Saint-Denis, des artistes de rue ont été invités à Stalingrad (le quartier parisien, pas en Russie) pour exposer leurs vues sur le drâme du >> réchauffement climatique << (qui n'existe toujours pas). En gros, les artistes en questions ont été payés par l'état, par le truchement d'une de ces associations subventionnées qui font la joie de la Cour des Comptes, pour bomber des toiles exposées pour le temps du COP21 et qui seront enlevées plus tard, comme ça on ne risque pas de salir les murs. Et ce dans le but de faire de la propagande d'état pour les éléments de langage à la mode.

Mais un doute m'étreint : ne s'éloigne-t-on pas un peu de l'esprit du street art ?






Durant mes jeunes années, je passais fréquemment devant un mur où était graffitée (à 5m de hauteur, quand même) l'assertion suivante : " Et je pisse sur ce mur, le bastion de l'ordure ". Ayant découvert Trust* il y a deux jours, la référence m'était passée largement au-dessus de la tête. En fait, ça vient de cette chanson.

* un groupe de trip-hop manouche surtout connu pour sa reprise mollassonne d'Antisocial, d'Anthrax. Y'en a qui doutent de rien.


De >> cet article << sans intérêt, on ne tire qu'un seul enseignement de quelque pertinence : l'offre de la FNAC sur Darty valorise cette dernière sur la base de 116 pence l'action. Soient 1,16£. Et non pas 1,62 euros, car Darty, qui fait 80% de son chiffre d'affaire en France, est une société de droit britannique (pays où elle n'a aucune activité par ailleurs).
Tags:
 
 
 
(Anonymous) on November 6th, 2015 09:43 am (UTC)
Il a un petit défaut de prononciation le monsieur d'Anthrax, alors j'ai transcrit pour vous:


Connaissez-vous ce mur ?
La baston à l'air pur
Le chef du bourgeois
Mentalité de droit

Connaissez-vous ce mur ?
Et sa gare du son
Population des skins
Mentalité divine

Je parle au nom de l'anis
Celui qui m'a soumis
Dans la vieille ville de l'ombre
Sincère et censure tombe

On a parlé à ce mur
On a causé ramures
Dommage qu'à notre époque
On condamne les parures

etc.