aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Chidren of Bodom - Sylosis au Bataclan

Soirée nuque en feu hier au Bitaclan, qui recevait la visite d'un groupe folklorique Finlandais : Childernens of Bodobodom. Mais avant ça, il y avait une première partie dans le même ordre d'idée (death mélodique), des rosbifs du nom de Sylosis.

Eh bien mes amis, j'ai bien fait d'arriver à l'heure, car cela poutrait grave.


Corna tiem


Circle pit


Circle pit (vu de l'intérieur)


The band


Le frontman Josh Middleton

Les balustrades du Bataclan étant fermées, pas le choix, on va dans la fosse. Sylosis arrive, balance quelques coups de batterie bien propres, gage d'un son excellent, et avant même d'avoir ouvert la gueule, le frontman fait signe à l'audience qu'un petit circle pit aurait son agrément. L'assistance s'exécute aussi sec, ça commence bien. S'enchaînent les brutalités, non dénuées d'une certaine maîtrise technique, qui me font me demander comment il se fait que ce groupe ne soit pas plus connu. Dans la fosse, je suis de tous les pogos, mosh pits, et même, mène l'assaut lors du wall of death (c'est bien malgré moi que je me retrouve au premier rang, mais bon, faut assumer). Le set s'achève, et me voici déjà en sueur.

Après un entracte bienvenu, voici que les Finlandalousais, menés par le fameux Alexi Laiho, entrent en scène.


Alex et sa pelle magique


Un peu de merdier dans le pit


The audience is listening

Peut-être un poil moins défini que celui de Sylosis, COB offre néanmoins un son de bonne qualité, grâce sans doute à l'excellence technique du personnel du Bataclan. Là encore, les singeries pitesques s'enchaînent, et on voit arriver bien vite les premiers slammers. Le public est riche de fans hardcore qui répondent comme un seul homme aux sollicitations du groupe. Votre serviteur, entre deux photos, n'est pas en reste, mais au bout d'un moment, un léger flottement me rappelle que j'ai 45 ans. En outre, j'estime que j'ai perdu quelques 25cl de sueur depuis le début du concert, et prends donc les mesures qui s'imposent. C'est donc du fond de la salle que j'assiste à la suite des hostilités, profitant de la situation pour écouter plus à mon aise les arpèges guitaresques de maître Laiho, là encore parfaitement audibles, et ce n'est pas un mince compliment dans un concert de métal. Seul bémol : ça se termine quand même un peu tôt, je suis rentré chez moi à 22h. C'est parce que les gosses ont école le lendemain ou quoi ?

Au final, une belle découverte et pas mal de contusions.
Tags: je suis pas plus con que kirk hammett
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 5 comments