aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Le déclin

Évidemment, il est plus confortable de faire semblant de ne rien voir, de ne lire que la presse officielle, de croire en la compétence et la bienveillance de ces politiques que le monde nous envie, de se mettre la tête dans le sable douillet de nos prestations sociales en espérant, comme Hollande ou comme Sarkozy avant lui, que ça ne pètera pas sous son mandat. Pourtant, ça devient de plus en plus difficile de se voiler la face. On connaît la parabole de la grenouille qui, si on la met dans l'eau bouillante, s'enfuit aussitôt, mais si on la met dans l'eau tiède, et qu'on augmente la température insensiblement, elle va cuire sans même s'en apercevoir. Nous sommes dans cette situation, en France, et c'est flagrant pour les gens de ma génération, quand ils réfléchissent au pays dans lequel ils sont nés et ont grandi, et le comparent avec ce qu'il est devenu aujourd'hui. N'importe quel Français ayant du cœur, brutalement transplanté depuis les années 1970 à notre époque, ne pourrait que sursauter de frayeur et d'incrédulité. Même les certitudes les plus ancrées dans l'esprit français sont aujourd'hui remises en question, soit par l'action des sots qui nous gouvernent, soit par l'inexorable avancée des événements néfastes contre lesquels personne ne fait rien.

Ainsi l'autre jour, je fus bouleversé de me retrouver confronté, une fois de plus, au déclin de ce qui fut, il n'y a pas si longtemps, un grand pays. Profitant de ce que j'ai encore des congés payés, je planifiais pour cet été une excursion, mi-détente, mi-culture, au volant de mon puissant cabriolet, le long des calanques du sud-est de la France, avec pour prétexte d'explorer la riche histoire de l'industrie sucrière Provençale. Eh bien, j'ai découvert à mon grand dépit que j'arrivais trop tard, et qu'il n'y en avait plus. Du tout. Plus rien ! Sur toute la Côte d'Azur, il n'y a plus de plantation, plus la moindre sucrerie, on ne distille pas même une bouteille de rhum ! C'est sans doute qu'après avoir confié notre commerce extérieur à l'illusoire protection d'une Union Européenne apathique et livrée aux quatre vents de la mondialisation, nos braves sucriers Français se sont retrouvés en concurrence avec le mauvais sucre de quelque lointain Bamboulistan, où des bêtes de somme bipèdes usent leurs pieds nus dans les plantations douze heure par jour contre une poignée de dollaritos dévalués, pour le profit de trois ou quatre multinationales yankees. Quelle chance avaient-ils, nos sucriers, contre ces mastodontes financiers ? Sans doute un ou deux enragés ont continué quelques années, persuadés qu'une production de qualité, équitable, avec un label bio, aurait une chance d'intéresser un public, et puis, dans l'indifférence même de Jean-Pierre Pernaut, ils ont disparu. Car oui, demain, quand au bureau, vous irez prendre votre Nespresso du matin, et que vous y verserez votre demi-bûchette de cassonade, souvenez-vous que désormais, plus un seul gramme de sucre de Cannes n'est fabriqué à Cannes !


Ah, jours heureux...
Tags: la france qui coule
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 13 comments