?

Log in

No account? Create an account
 
 
27 May 2016 @ 10:15 pm
Tiens, le post de demain est parti tout seul...  
C'est souvent abstrait, l'économie politique. On emploie des grands mots, on manipule des grands concepts opérationnels, on se branle la nouille sur des idéologies datant pour l'essentiel du temps des locos à vapeur, c'est lointain, c'est plaisant, ça permet de briller dans les dîners en ville et de lancer ce genre de polémique sans conséquence qui alimentent les média. Car oui, il y a des théories qui sont belles, qui flattent le sens esthétique auquel notre esprit est si attaché. Elles sonnent juste. Elles semblent couler de source. On y adhère, on s'y attache. Et des fois, on s'y attache jusqu'à l'effondrement.

Et puis un jour, on voit le témoignage naïf et éloquent de quelqu'un qui, sans le faire exprès en plus, vous démontre par A+B que votre jolie théorie, en pratique, elle ne marche pas. C'est pas que ce soit une méchante théorie, c'est juste que c'est une théorie qui a oublié deux ou trois choses en chemin, deux ou trois petits éléments de la nature humaine qui foutent tout en l'air, quoi qu'on y fasse.

Ça fait longtemps que je connais Laurel. Très longtemps. Depuis le tout début des blogs BD. Je continue à la suivre, d'autant que ces derniers temps, elle s'est mise à publier quelque chose de très intéressant : l'histoire de la start-up qu'elle a monté aux USA. Elle est gentille, Laurel, avec ses airs de baba cool et ses généreuses idées gauchistes-générique d'artiste, alors ça fait quand même bizarre de la voir vous expliquer benoîtement que dans la pratique, le socialisme, ça ne marche pas. Et c'est marrant comme ces huit cases sont les choses les plus éloquentes que j'ai pu lire à ce sujet.

>> Planche 1 << >> Planche 2 <<

Ah oui, tiens, faire crever les gens sous les impôts, ça détruit l'activité. Ah tiens, ceux qui veulent quand même travailler sont obligés de partir pour encore vivre de leur boulot. Ah oui, on dirait que les patrons ont raison finalement. Oh ben merde alors.
 
 
 
(Anonymous) on May 27th, 2016 10:08 pm (UTC)
Sauf que c'est absolument pas "le gouvernement qui prend 8% des revenus", c'est une caisse de gestion de retraite, totalement indépendante du gouvernement, et qui fait ce genre de trucs... parce que depuis 1967, le gouvernement oblige les organismes de Sécurité Sociale à appliquer une orthodoxie gestionnaire absolument débile, empêchant notamment le transfert de branche à branche - ce qui est le SEUL moyen par lequel les organismes privés ne sont pas tous en faillite, au passage -, que depuis 1995, pour mettre fin aux derniers éléments de gestion socialisante qui restait à la Sécurité Sociale, on a eu la mise en place d'un budget global de la Sécurité Sociale - heureusement pré-affecté, sinon j'ose même pas imaginer le massacre -, et qu'enfin, avec l'introduction de la LOLFSS, ce budget global répond aux mêmes exigences que le budget de l'état, ce qui signifie par exemple qu'il est absolument impossible de répondre à une situation imprévue sans rendre déficitaires des régimes entiers, de base comme complémentaires, et donc grévant pour 10 ans les budgets futurs. Sachant que bien évidemment en matière de protection sociale, on est constamment face à des situations imprévues, la situation ne peut que s'aggraver d'années en années, et autant du côté des régimes de base il y a la possibilité d'avoir des budgets complémentaires mis en place relativement rapidement, autant du côté des complémentaires, on se retrouve face à ce genre de décisions débiles.

Et soulignons au passage que d'avoir soumis la protection sociale à la logique gestionnaire puis budgétaire orthodoxe n'a fait qu'accroître exponentiellement le déficit de la protection sociale. Exactement ce que tous les tenants de l'économie politique adversaires de la soit-disant "science économique" avaient prévus. Mais bon, ce sont les premiers qui ont tort et les seconds qui ont raison. C'est évident.