?

Log in

No account? Create an account
 
 
06 June 2016 @ 07:00 am
Kokoro no tabemas  

Alors attention, je ne parlerai pas ici de se goinfrer dans un de ces sushi-restaus qui pullulent dans toutes les villes du monde, non, je ne vais pas commander "le bateau", je ne suis pas un sauvage. Je ne vous parle pas non plus de Matsuri et de ses plats qui défilent et à la fin du repas, vous en avez pour cinquante balles. Non, moi je vous parle de vraie cuisine japonaise, et pour ça, il faut aller rue Sainte-Anne, entre l'opéra et le Palais Royal. Non, ne craignez rien pour votre réputation de scrupuleuse hétérosexualité, la jadis proverbiale activité gay de la rue a depuis longtemps déserté les lieux (allez traîner rue Sainte-Croix de la Bretonnerie si ces réjouissances vous agréent). Une colonie de nippons s'est installée dans le quartier, et donc, nombre de restaurants ont suivi. Tellement qu'on s'y perd.

Donc, long story short, si vous voulez vivre l'authentique expérience Sainte-Anne, vous irez comme tous les autres cons faire la queue chez Higuma, où certes la bouffe est bonne et où, pour le même prix, vous serez servi par un personnel d'une proverbiale courtoisie, qui n'est pas sans évoquer celle du GPSR repérant un pickpocket rom sautant un portillon.

Si vous êtes fortuné, ou que vous souhaitez épater une copine, vous pouvez vous rendre chez Koetsu, un petit établissement où, dans une ambiance cosy, vous serez bien mieux reçus et bien nourri.

Sinon, il est facile de passer à côté d'Ikazaya, et c'est dommage. C'est au coin de Sainte-Anne et de la rue Thérèse (pourtant c'est joli, Thérèse), un peu plus à la bonne franquette qu'à Koetsu. Vous commanderez de ma part l'omelette japonaise, un maquereau grillé et une maiko, arrosé de trois coupelles de saké de variétés différentes, le tout servi par une ravissante petite Japonaise qui ressemble de façon frappante à Suzuka Nakamoto. Ne soyez pas surpris d'y croiser des personnalités du spectacle et des lettres, telles que par exemple, le célèbre Asp Explorer.

Libre à vous d'expérimenter autour dans le quartier, il y a bien d'autres adresses et vous n'êtes pas à l'abri d'une bonne surprise.


Oui encore.

Intéressante vidéo qui montre l'envers du décor.

Kawaii.

 
 
 
(Anonymous) on June 6th, 2016 08:22 am (UTC)
A ces très bonnes recommandations, j'ajouterais que celles et ceux qui ont envie d'exotisme peuvent même braver les affres de la province, en traversant le périf pour aller au Sushiken à Issy. Certes c'est loin (enfin c'est sur la 12 quand même), mais y sont servis les meilleurs sashimis que j'ai pu gouter en région parisienne. Vous pourrez également y être surpris par leur salade (oui, oui, la petite salade d'entrée, dont la "vinaigrette" est un délice), ou bien ravis par le tiramisu thé vert/azuki.
Ne vous attendez pas à pouvoir choisir le poisson, la plupart du temps c'est selon "ce que le chef a trouvé comme belles pièces le matin à Rungis", et surveillez les horaires, c'est pas ouvert tout le temps.
(Anonymous) on June 6th, 2016 08:35 am (UTC)
Sinon niveau qualité prix
'Fait longtemps que j'ai pas commenté, mais quand on parle de mon domaine d'expertise, je me dois d'arriver tout feu tout flamme.

Donc, pour bien bouffer japonais à Paname (mon épouse japonaise a travaillé longtemps rue St Anne) :

- Ramen : Naritake, rue des petits champs, c'est tout simplement aussi bon qu'au Japon (perpendiculaire à la rue st Anne)

- Tendon, et autre Donburimono : Higuma, effectivement (il y a plusieurs adresses, le meilleur chef du groupe est à opéra maintenant, demandez Matsu san), tout ce qui est Yakimono est également délicieux, mais je ne suis pas le plus grand fan de leur Yakisoba

- Okonomiyaki : je ne connais que Aki, rue st Anne. Cependant, je recommande le Karaage, Tori teriyaki don, nasu no agebitashi. Honnêtement, Ono san, le chef officiel, travaille aujourd'hui plus en face, chez Aki boulangerie, ce qui à mon humble avis baisse le niveau de l'établissement par rapport aux premières années de son existence

- Sushis : Jipangue, rue de la boétie (même groupe que Higuma). C'est nommément un restaurant de Yakiniku (barbecue, tout ça), mais les sushis sont préparés par un vieux qui fait des choses merveilleuses. Je recommande absolument le Sabasu (maquereau au vinaigre), qui est tout simplement le meilleur que j'aie eu l'occasion de manger, en France ou au Japon.

-Je ne reviendrai pas sur Taishoken 3, qui est l'izakaya mentionné par ASP (je recommande les même choses que lui). Une seule prévention : c'est légèrement trop cher à mon goût, pour un izakaya.

Je sais parfaitement que personne ne m'a rien demandé, mais depuis que j'ai quitté la capitale je ressens une grande frustration.

Dwuth

(Anonymous) on June 6th, 2016 10:22 am (UTC)
Re: Sinon niveau qualité prix
N'ayant jamais habité Paris, je comprends ta frustration. (et ça me fait mal au coeur de devoir admettre que Paris a aussi des qualités...)

Car perso, mon conseil de provincial se limitera à:
à Lille, rue du molinel, il y a le Moshi moshi (peu de tables, ouvertures parfois aléatoires) où on mange AUTRE CHOSE que des sushis-makis-sashimis-teriyakis. (mais je suis bien incapable de vous dire si c'est bon, manquant d'éléments de comparaison et n'y ayant mangé qu'une fois)

Ômiam, qui va tout bien noter les conseils pour ses rares excursions parisiennes.
Jrmie LussiezRPGWanderer on June 6th, 2016 07:20 pm (UTC)
Re: Sinon niveau qualité prix
Tiens, un lecteur d'ASP à proximité !
Du coup, il faudra que j'essaie le moshi moshi, j'en ai déjà entendu parler :)
(Anonymous) on June 6th, 2016 02:57 pm (UTC)
Re: Sinon niveau qualité prix
Pour y a voir été récemment, je reccomande Okuda 7 rue de la Trémoille dans le 8 ème.
Accueil top.
Ambiance top.
Produits top.
Chefs top.

C'est onéreux, mais vu la prestation c'est justifié: c'est toujours moins cher qu'un billet d'avion.

Détail qui tue: leur site vous engueule en japonais si vous désactivez javascript.
(Anonymous) on June 6th, 2016 07:26 pm (UTC)
Re: Sinon niveau qualité prix
Je peux confirmer qu'Higuma est le meilleur restaurant japonais auquel j'ai pu manger
Wladoushkoï: Mister Wladwl4d on June 7th, 2016 07:33 am (UTC)
RE: Sinon niveau qualité prix
Je sais parfaitement que personne ne m'a rien demandé
C'est surtout que je n'ai rien compris. Tu nous la refais avec la traduction ? Ça a l'air sympa, ces restaus qui essaient d'être originaux en proposant de la vraie nourriture jap au lieu de vendre des makis-knacki-Herta décongelés par des Chinois nord-coréens, mais si ça se trouve, tu me parles de beignets d'anus de fennec fourré à l'ail, alors bon...
(Anonymous) on June 9th, 2016 08:05 pm (UTC)
Re: Sinon niveau qualité prix
Ayant quelques bases dans ce curieux patois de la Chine insulaire, Je suis à même de proposer quelqu'explication.

Ramen: Des pâtes, mais tu le savais.

Yakisoba: Des nouilles au sarrasin que l'on a fait frire. En matière culinaire, le préfixe yaki- dénote une cuisson vive (braiser, frire...).
De là, les fameux Yakitori, qui sont des brochettes.

Tempura, Tendon: des beignets de fruits de mer ou de légumes. Ici, les préfixes tem- et ten- sont dus au sinogramme 天 Tian (céleste, ciel...). Le suffixe -don signifie le bol, qui contient la bouffe.

Okonomiyaki: Un truc délicieux à mi-chemin entre la crêpe épaisse et l'omelette. On y retrouve -yaki en suffixe qui indique la cuisson.

Izakaya: Wikipédia M'informe aimablement que c'est l'équivalent d'un pub, dans lequel on peut boire et manger.

Le Créateur Fou, les langues chinoises étant, comme chacun sait, dérivées de l'italien...
(Anonymous) on June 6th, 2016 10:13 am (UTC)
Je ne sais pas si c'est à cause de ton introduction sur l'ancienne vocation du quartier, ou de la mémitude du pron et du hentai sur le net, ou parce que je me méfie de ton caractère facétieux, mais quand je lis "Vous commanderez de ma part l'omelette japonaise, un maquereau grillé et une maiko, arrosé de trois coupelles de saké de variétés différentes, le tout servi par une ravissante petite Japonaise", j'ai de terrifiantes visions où mon kukul finit transformé en sashimi...

Ômiam
(Anonymous) on June 6th, 2016 12:40 pm (UTC)
"je vous parle de vraie cuisine japonaise, et pour ça, il faut aller rue Sainte-Anne"

Henri Masson en son temps, et votre humble serviteur auguste seigneur par la suite vous avions déjà narré les délices orientaux de la rue Sainte-Anne.
Tous les détails dans les archives du SNKP, à l'article "Réhabilitation" du 26 mai 2014 (lien ci-dessous, dès le passage du Comité Citoyen de Censure Civique).

Le Créateur Fou, précurseur.
(Anonymous) on June 6th, 2016 12:41 pm (UTC)
LE LIEN
http://svenizkypeur.livejournal.com/180450.html

Le Créateur Fou, à l'Index.
Wladoushkoï: Mister Wladwl4d on June 7th, 2016 07:24 am (UTC)
J'ai aussi pensé à Riton en lisant ça ^^.
Jrmie LussiezRPGWanderer on June 6th, 2016 07:27 pm (UTC)
Bon, ben la prochaine fois que je me retrouve à Paris, je sais où aller manger. J'aime bien les bons restaurants et ça m'arrive parfois d'être envoyé là-bas, pour des raisons aussi diverses que variées (mais qui impliquent très généralement des choses liées à l'informatique, ah, les joies du TGV Lille-Paris de 7H30...)...

Pour le reportage, il date ? non, parce que soit je suis peu physionomiste (fort possible), soit elles ont l'air vachement jeunes...
aspexploreraspexplorer on June 6th, 2016 07:31 pm (UTC)
C'est leur premier concert à l'étranger, donc oui, elles sont jeunes.
(Anonymous) on June 6th, 2016 08:43 pm (UTC)
Il manque une information importante : [...] des personnalités du spectacle et des lettres +A LA RETRAITE DEPUIS QUELQUES ANNÉES+, telles que par exemple, le célèbre Asp Explorer.