aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Tentative d'explication


C'est une idée fondamentalement débile de mélanger du metal et de la j-pop. On ne peut imaginer deux styles de musique plus différents a priori, deux conceptions de la musique plus éloignées. En toute logique, Babymetal, c'est un concept foireux qui ne peut pas marcher. Alors pourquoi ça marche ?

C'est parce que les apparences sont souvent trompeuses. Le metal, c'est la recherche de la vérité. Le sujet du metal, c'est d'aller au-delà des faux-semblants pour toucher à l'expérience humaine dans ce qu'elle a de plus viscéral. C'est la quête d'un absolu. C'est trouver un moyen, pour le public, pour les musiciens, de quitter un quotidien fait de grisaille et de compromissions, offrant peu d'espoir, pour accéder l'espace d'un set à quelque chose de pur, de grand, d'exaltant. Que l'on cherche à exprimer sa colère par le death, à se rapprocher de racines historiques avec le folk ou le viking, ou bien mythiques avec le power metal, c'est toujours la même quête du grandiose, du vrai, de ce qui n'a pas été souillé par l'immondice du prosaïque. C'est un retour à l'enfance, à la pureté.

Et puis, trois petites gamines arrivent sur scène, en piaillant des histoires de chocolat.

Et 50 000 barbus bourrés à la bière vont leur témoigner la plus sincère adoration.

C'est dans l'ordre des choses.

Ces considérations clôturent donc aujourd'hui officiellement la semaine de Babymetal.

See you !


Pour laid qu'il fut, ce monde
enfanta cependant Suzuka Nakamoto
Tags: opinion
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 9 comments